Coordonnées Mairie Saint Jean sur Vilaine Contacter le site

Mentions légales

Crédits

Plan du site

Adresse :

Mairie

9, rue de Rennes

35220 ST JEAN SUR VILAINE

Tél : 02.99.00.32.55

Fax : 02.99.00.36.37

Horaires :

Lundi : 9h-12h / 13h30-17h

Mardi : 9h-12h

Mercredi : Fermé

Jeudi : 9h-12h

Vendredi : 9h-12h

Samedi : 9h-12h


   @ Contacter la Mairie



Liens eernes Coordonnées Mairie Vous êtes dans : Vivre à St Jean > Un peu d’histoire

Dernière mise à jour : 05/07/15

Retour sommaire

Une Loge

Loge, en gallo, signifie hutte, cabane. Dans le pays de Vitré, la loge désigne un abri domestique qui a laissé un grand nombre de traces dans la toponymie locale. La loge est une cabane à pans de bois de la dimension d'un lit d'une personne où dormaient jadis les domestiques et commis de ferme. Son ossature est composée de quatre poteaux verticaux et de huit traverses horizontales assemblées par des chevilles de bois. Le plancher surélevé permet d'isoler le lit du sol. Entre les poteaux, des planches équarries sont fixées à intervalles réguliers. Elles servent à un tressage compact fait de torsades de paille. Cet excellent isolant est ensuite enduit de torchis, qui est à son tour protégé de lattes de châtaignier clouées horizontalement entre les poteaux. Un toit à longs pans couvert d'ardoise coiffe l'ensemble. Ces loges existaient en grand nombre, jusqu'au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, du nord à l'est de l'Ille-et-Vilaine. Tombés en désuétude, ils sont devenus rares aujourd'hui.

Cliquer sur l’image

Une Porte

Ce genre de porte, bien adapté à la ferme d'autrefois, encore très fréquent il y a une dizaine d'années, tend à disparaître. Ici la porte se compose de deux vantaux superposés : celui du haut peut s'ouvrir même quand celui du bas reste fermé. Cette ouverture partielle permet d'aérer et d'obtenir plus de lumière tout en défendant l'entrée du manoir aux animaux de ferme. L'entrebâillement du vantail supérieur suffisait souvent à améliorer le tirage de la cheminée tout en protégeant des courants d'air froid que l'ouverture de toute la porte aurait provoqués. Le vantail inférieur est localement désigné par le vocable husseu, probablement dérivé du vieux français huis muté en huisset, ou petit huis. Parfois, quand les baies de porte sont trop larges, un troisième vantail dormant est maintenu fermé par une barre de fer escamotable. La fermeture des deux vantaux mobiles est assurée par des loquets. L'encadrement de porte en grès avec sa voûte en plein cintre date probablement du XVIe siècle. Sur sa gauche se trouve également une fenêtre encore munie de sa grille décorative, dont les piques, ornées de fleurs de lis, ont été martelées, probablement pendant la Révolution.

Cliquer sur l’image