Saint Jean sur Vilaine Contacter le site

Mentions légales

Crédits

Plan du site

Adresse :

Mairie

9, rue de Rennes

35220 ST JEAN SUR VILAINE

Tél : 02.99.00.32.55

Fax : 02.99.00.36.37

Horaires :

Lundi : 9h-12h / 13h30-17h

Mardi : 9h-12h

Mercredi : Fermé

Jeudi : 9h-12h

Vendredi : 9h-12h

Samedi : 9h-12h


   @ Contacter la Mairie



Liens eernes Coordonnées Mairie Vous êtes dans : Vivre à St Jean > Un peu d’histoire

L’Eglise Saint Jean Baptiste

Saint Jean Baptiste est le patron de cette église. Elle se composait originellement d’une simple nef bâtie aux XVe et XVIe siècles, et dont le chevet droit a été relevé en 1700.

L’église ainsi restaurée est solennellement bénite par le recteur le 2 août 1761.

En 1806, une chapelle dédiée à sainte Marguerite y est ajoutée au sud, et, en 1818, au nord, la tour est en partie refaite, avec à sa base la chapelle de la Sainte-Vierge.

Le seigneur Du Val, à Saint-Didier, a en l’église de Saint-Jean-Baptiste un enfeu où sont inhumés en 1618 Jean de La Porte, seigneur Du Val, et en 1761 Suzanne Marion, fille du seigneur Du Val et veuve de Charles Du Boispéan.

M. de Guersans, vicaire général, érige à Saint-Jean-sur-Vilaine la confrérie du Saint-Esprit, le 25 juin 1746.

Plusieurs fondations existent en cette église : celle du Poirier, celle de la Bâte, celle de la Porte.

Jeanne Guyot, dame de La Hamonais, a, elle, fondé une rente de 36 livres pour l’entretien de cierges pendant l’octave du Saint-Sacrement.

Dernière mise à jour : 05/07/15

Retour sommaire

Cliquer sur l’image

Le Château

Le nom de ce château dont plusieurs orthographes sont recensées « Homonais, Hamonnaye, Hamonaye » viendrait d'un M. Hamon. À côté du château subsiste l'ancien manoir, répertorié dès 1427 (propriété des Champaigné). M. de La Grimaudière achète le manoir en 1837 et fait rajouter les deux pavillons latéraux. Son fils Hippolyte (à qui un vitrail est dédié dans l'église Saint-Jean-Baptiste) épouse Lucie d'Angerville, veuve de M. de Varenne. Cette dernière fait construire un salon gigantesque à l'extrémité du château, avec chéneaux, toit plat et balustrades, qui malheureusement a été démoli. En revanche, un salon style 1900 avec lambris en chêne de Roumanie et plafond à caissons exécuté par Jobbé-Duval (qui rénova le parlement de Bretagne, à Rennes, en 1870) existe toujours.

Cliquer sur l’image

(Propriété privée)